Test de The Fidelio Incident

En mars 2010, un certain God of War 3 nous éblouissait par ses graphismes hallucinants aussi bien techniquement qu’artistiquement, pour une aventure qui s’est rapidement inscrite comme l’un des meilleurs opus de la série. Un peu plus de 7 ans après cette claque, ce n’est plus de Kratos dont il s’agit, ni de Santa Monica Studios, mais de son directeur artistique Ken Feldman qui nous propose son premier jeu en tant que studio indépendant, 3 Act Games. Jeu narratif à la Dear Esther et autre Everybody’s Gone to the Rapture, The Fidelio Incident est-il aussi complexe à saisir ? Verdict dans notre test du jeu offert par 3 Act Games via une clé Steam jouée sur un PC équipé d’un i7-3820, de 8 Go de RAM et d’une GTX 970.

The Fidelio Incident – Une histoire de crash d’avion…

Dans le cercle très fermé des Walking-Simulator, il est très fréquent de ne pas saisir l’intégralité du message que le scénariste veut faire passer. En témoigne Dear Esther et EGTTR, pour reprendre ceux précédemment cités, qui n’étaient absolument pas clairs comme de l’eau de roche d’un point de vue compréhension. De ce point de vue là, The Fidelio Incident est une expérience très satisfaisante qui sait raconter une histoire assez complexe sans tomber dans les méandres de la métaphysique peu accessible au commun des mortels.

Le titre commence alors que vous survolez l’Islande avec votre femme assise derrière vous, quand un problème mécanique survient violemment en faisant écraser votre avion de manière toute aussi violente. Premier objectif : retrouver votre femme. Deuxième objectif qui deviendra le premier quelques minutes plus tard : survivre au froid extrême des côtes islandaises qui n’ont rien d’une promenade sous les palmiers de Los Angeles. Si nous ne dirons rien de plus concernant le scénario de The Fidelio Incident qui s’inspire, comme son nom l’indique, de l’opéra de Bethoveen « Fidelio », nous pouvons en revanche vous parler un peu plus de l’excellente narration qui règne tout au long du titre de 3 Act Games.

A l’instar de FireWatch, The Fidelio Incident propose à la fois des séquences narratives pendant les déplacements de Stanley, des échanges vocaux avec Leonore et des fichiers à trouver, matérialisés par des pages du journal intime de Leonore. On traversera alors le titre sur différentes dimensions scénaristiques qui, vous vous en doutez, finiront par se relier pour former une histoire parfaitement compréhensible petit à petit, sans devoir vous arracher les cheveux pour tirer du sens de ce que vous voyez, entendez et lisez. C’est d’ailleurs l’une des plus grandes forces de The Fidelio Incident : avoir réussi à dispatcher des éléments scénaristiques par différents biais que vous ne pourrez pas manquer en traversant l’histoire, en faisant monter la sauce de manière à tout comprendre, mais pas trop vite. Le joueur se pose ainsi quelques questions tout au long de l’aventure sans pour autant être frustré puisque le tout reste cohérent et compréhensible.

The Fidelio Incident n’est pas qu’un Walking-Simulator

Si d’un point de vue scénaristique et narration The Fidelio Incident assure comme un chef, il serait toutefois dommage de réduire le jeu de 3 Act Games a une simple promenade. Plus proche, encore une fois, de FireWatch que de Dear Esther, The Fidelio Incident possède un vrai gameplay qui sera utilisé pour progresser dans l’aventure, en proposant des énigmes intéressantes. Un élément de game design essentiel est représenté par la chaleur qui sera utile pour deux choses : se réchauffer pour ne pas mourir de froid, et déverouiller des passages en les utilisant contre la glace et la neige.

Vous croiserez donc très souvent des morceaux de votre avion en flamme et tout un circuit géant de tuyauterie avec des valves et des leviers qu’il faudra faire bouger pour résoudre les puzzles. Assez simples, mais pas trop, les puzzles sont agréables à résoudre et ne sont pas uniquement là pour vous ralentir. Des phases de gameplay alternatives sont également là pour faire le pont entre les différentes dimensions scénaristiques, et permettent agréablement de mieux comprendre cette histoire un brin schizophrénique par moment, mais qui finit toujours par faire sens. Encore une fois, nous n’en dirons pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte !

Enrobage visuel et sonore extraordinaires

Moteur préféré de la scène indépendante depuis plusieurs mois, l’Unreal Engine 4 sied à ravir à The Fidelio Incident. Les développeurs ont effet pu saisir une bonne partie de son potentielle pour en faire un titre très beau techniquement et très bien optimisé (l’ultra à 60 images par seconde est possible avec notre petite 970 GTX en Full HD). Côté artistique, sent-on la touche Ken Feldman ? La réponse est un grand oui, avec certains panoramas qui font d’ailleurs transparaître quelques similitudes artistiques avec God of War 3, notamment la manière de gérer les environnements présentant du feu et de la chaleur !

L’aventure n’est pas très longue (comptez environ 3 heures pour en voir le bout), mais durant ces quelques 180 minutes de jeu, vous croiserez des environnements assez différents, des zones de jeu variées, pour un plaisir visuel qui est totale du début à la fin de The Fidelio Incident. Egalement, s’inspirer d’une oeuvre de Bethoveen serait une trahison si la bande son n’était pas bonne, et on découvre alors sans surprise une excellente BO et des doublages (tout en anglais, comme les sous-titres, d’ailleurs) authentiques, très bien joués. Un sans faute pour The Fidelio Incident ?

Une belle aventure émotionnelle et narrative

Finalement, le seul défaut que l’on pourra trouver à The Fidelio Incident est de n’être disponible qu’en anglais, sous-titré anglais. Pour le reste, l’aventure nous propose une balade surprenante sur tous les points : artistique, technique, auditive, narrative, avec un gameplay bien maîtrisé pour ce genre de jeu. Certes, il n’y a rien qui soit vraiment inoubliable à tout jamais, mais The Fidelio Incident est à nos yeux l’une des expériences narratives les plus réussies de ces dernières années, avec une durée de vie courte, mais un prix qui est lui aussi peu élevé (14,99€ sur Steam). Une belle première production pour 3 Act Games qui nous rend impatients de découvrir la prochaine !

Verdict : 16 / 20

  • Sadako

    Journaliste gaming et high-tech depuis 2009, je suis "Vanlifer" depuis 2021, dans mon camping-car équipé pour travailler sur les routes tout comme pour profiter de bons moments de détente !

    Vous aimerez aussi

    Test de System Shock Remake | Une légende révolutionnaire du FPS revient en 2024 !

    Le légendaire System Shock revient dans un remake, l’occasion de vous faire un test complet de cette pépite !

    Ghost of Tsushima | Test de la version PC

    Que vaut la version PC de Ghost of Tsushima, notamment en termes d’optimisation technique ? On voit ça dans notre test !

    A lire également

    Sony travaillerait sur la rétrocompatibilité PS3 sur PS5

    • By Sadako
    • juin 24, 2024
    • 458 views
    Sony travaillerait sur la rétrocompatibilité PS3 sur PS5

    Fortnite Recharge | Un nouveau mode de jeu très rapide !

    • By Sadako
    • juin 23, 2024
    • 326 views
    Fortnite Recharge | Un nouveau mode de jeu très rapide !

    Metal Gear Solid Delta: Snake Eater | Comparatif PS2 V.S. PS5

    • By Sadako
    • juin 22, 2024
    • 589 views
    Metal Gear Solid Delta: Snake Eater | Comparatif PS2 V.S. PS5

    Un nouveau Red Faction serait annulé par Embracer Group

    • By Sadako
    • juin 22, 2024
    • 352 views
    Un nouveau Red Faction serait annulé par Embracer Group

    PlayStation Portal | Mise à jour 3.0 disponible avec des nouveautés

    • By Sadako
    • juin 21, 2024
    • 1012 views
    PlayStation Portal | Mise à jour 3.0 disponible avec des nouveautés

    Alone in the Dark | Le studio vient d’être tué par Embracer

    • By Sadako
    • juin 19, 2024
    • 808 views
    Alone in the Dark | Le studio vient d’être tué par Embracer