Test de For Honor

En développant For Honor dans le plus grand des secrets, pendant plus de 5 ans au total, jusqu’à l’annonce de l’E3 2015, Ubisoft souhaite propulser sa vision des combats ancestraux vers des horizons plus hauts que ses rares concurrents. Après une phase d’alpha test fermée qui nous avait enchanté, et une bêta qui nous avait un peu refroidi, il est temps de livrer notre verdict définitif du titre d’Ubisoft qui nous a été offert par l’éditeur sur PS4 via un code PlayStation Store, et que nous avons dosé sur PS4 Pro pendant une bonne semaine. Château médiéval ou château de carte ?

Un mode histoire en guise de tuto géant, saupoudré de scénario

Depuis l’annonce de For Honor, Ubisoft communique essentiellement sur les modes multijoueur de son jeu, vantant des joutes brutales, nerveuses et sanglantes, à tel point que beaucoup d’entre vous croient que le titre est dénué de mode solo. Et pourtant, une campagne scénarisée est bien présente dans ce For Honor, et sera d’ailleurs un passage quasi obligé pour les joueurs n’ayant touché ni à la bêta fermée, ni à la bêta ouverte. Vous y apprendrez en effet les rudiments d’un système de combat qui n’est pas si évident que cela, puisque très technique, tout en découvrant les trois factions peuplant l’univers du jeu : Vikings, Chevaliers et Samouraïs. Le mode Histoire vous permettra donc, en trois chapitres différents eux-mêmes divisés en sous-chapitres, de vous familiariser avec les trois grandes classes de For Honor, et de manier la plupart des personnages de ces classes qui bénéficient d’armes et de techniques de combat différentes.

Outre cet aspect tutoriel géant qui dure environ 6 heures (pas plus de 2 heures par chapitre si vous êtes lent), le mode campagne de For Honor met le paquet sur la mise en scène, en offrant aussi une trame de fond pour chaque faction, histoire de retracer des événements de notre passé lointain où nous combattions pour des raisons diverses et variées. Après une brève présentation des environnements et des personnages du sous-chapitre, For Honor vous habituera aussi aux maps que vous retrouverez en multijoueur, aux objectifs à réaliser (captures de points, duels) et aux techniques qui vous transformeront en bête sanguinaire innarrêtable. En bref, bien que trop courte, cette campagne scénarisée remplie efficacement son office, tout en mettant elle aussi en avant l’incroyable qualité graphique du jeu, qui se place immédiatement comme le plus beau jeu vidéo de cette courte année 2017 à l’heure où nous écrivons ce test de For Honor.

For Honor – Beauté technique et artistique !

Certes, le titre d’Ubisoft ne tourne qu’à 30 images par seconde, même sur PS4 Pro, mais quand vous verrez la qualité de ses graphismes, la logique l’emportera sur le luxe d’avoir eu un jeu plus fluide. En toute franchise, For Honor est assurément l’un des jeux vidéo les plus beaux que nous ayons pu faire sur PS4 Pro, et ce, pour plusieurs raisons impressionnantes. Tout d’abord, la modélisation des personnages, mais surtout leurs armures, sont splendides, texturées de manière très fine, et animées à la perfection. Le moindre détail ressort parfaitement, les gravures et motifs des parties d’armures impressionnent énormément. Les décors du mode histoire ne sont d’ailleurs pas en reste, avec une beauté médiévale encore jamais atteinte avant For Honor. Des bâtiments en pierre aux catapultes et autres armes en passant par la végétation, les explosions, flammes et les sols, For Honor joue clairement dans la cour des très grands d’un point de vue visuel.

Il est d’ailleurs à souligner que les 3 factions de For Honor bénéficient toutes du même niveau de fidélité historique, et du même soin technique pour en mettre littéralement plein les yeux aux joueurs. Du fait de proposer des maps pas vraiment ouvertes, avec une distance d’affichage toujours restreinte a vraiment permi à Ubisoft d’exploiter à merveille le potentiel de la PS4 Pro. Sur un plan purement technique, seule la version PC (avec configuration assez musclée) surpasse ce qui se fait sur la machine dernier cri de Sony, puisque vous obtiendrez quelques effets graphiques plus prononcés, mais surtout l’assurance d’évoluer à au moins 60 images par seconde, ce qui est un luxe que la PS4 Pro ne peut se permettre avec une si belle réalisation technique.

Vikings, Chevaliers ou Samouraïs ?

Que vous choisissiez de vous battre avec l’une des trois factions ou leurs sous-classes dans For Honor, le gameplay sera architecturé autour du même concept, celui de la parade dans trois directions. En orientant votre arme en haut, à droite ou à gauche, vous pourrez alors soit attaquer, soit défendre, soit contrer pour contre-attaquer tout en utilisant la touche d’attaque faible, ou forte. L’amélioration du skill passera donc par plusieurs étapes, puisque vous devrez tout d’abord apprendre à rapidement changer votre position de garde, pour maîtriser vite votre propre personnage, puis à appréhender les faits et gestes des ennemis. Pour devenir bon à For Honor, il faudra en effet passer beaucoup de temps à analyser la posture de votre adversaire pour contrer ou l’attaquer là où il ne se protège pas, tout en anticipant ses actions pour vous protéger ou contre-attaquer. Se développe alors une véritable technicité de combat qui est délicieuse à dompter, mais qui demandera du temps, et un bon degré d’adaptabilité de votre part pour non seulement choisir votre faction et classe favorite, mais aussi apprendre à savoir combattre les différents types d’ennemis et de joueurs.

Certains ennemis possèdent même de gros boucliers qui vous forceront à opter pour l’attaque coup de pied (pousser les adversaires dans le vide avec cette technique est juste jouissif !), tandis que certaines classes miseront davantage sur la force que la rapidité d’enchaînement des coups, et inversement.

Vos premiers combats risquent donc d’être de véritables catastrophes ambulantes : tempêtes de coups dans la tronche à répétition, victimisations vexantes à la chaîne, coups de votre part dans le vide, jauge de fatigue mal gérée qui vous mettra à terre en trois secondes et mauvais choix de classe que vous serez incapable d’exploiter ne serait-ce qu’à 30% seront donc vos premiers pas dans l’univers impitoyable de For Honor, contre des joueurs déjà pas mal affûtés après les phases d’alpha et diverses bêtas en multijoueur. Et puis, à force d’humiliations, on se met à comprendre que rien ne sert de rentrer dans le tas bêtement, on commence à piger et à anticiper les coups, à utiliser la jauge de Vengeance (une furie de quelques secondes), et For Honor devient alors un plaisir addictif assez rapidement. C’est d’ailleurs le point le plus fort et le plus faible du titre d’Ubisoft : certains joueurs ne décrocheront plus une fois l’apprentissage passé et apprécié alors que les joueurs les moins attirés par l’univers et qui trouveront le gameplay trop complexe jetteront l’éponge avant de passer la barre des 10 heures de jeu.

Un Multijoueur classique et original à la fois

Sur le fond, For Honor n’est pas original pour un sou. Ses modes multijoueur sont en effet déjà connus et reconnus dans la plupart des FPS et TPS en ligne, puisqu’il propose du classique Match à Mort, Duels et Dominion. Si le mode Duel sera davantage à conseiller aux affrontements entre potes pour savoir qui paiera sa pizza le samedi soir, les deux autres modes sont logiquement les plus fréquentés. Inutile de vous expliquer la nature de l’objectif du mode Match à Mort, donc, et mettons l’accent sur le mode Dominion. Semblable à un mode Conquête, Dominion vous oblige à prendre d’assaut trois points (A, B et C, c’est original !) et à battre un maximum de soldats gérés par l’IA et de joueurs humains pour faire grimper la jauge de point à plus de 1000. Souvent, les parties sont très équilibrées, et les revirements de situation peuvent se faire jusqu’à la dernière minute, ce qui donne finalement des parties qui ne se ressemblent jamais vraiment.

Là encore, la marge de progression de chacun est énorme. Maîtriser son personnage est en effet une chose qui prendra du temps, mais bien jouer en team en sera une autre. Uniquement courir vers les points pour les valider à votre couleur ou rester planté à une zone en combattant uniquement ne vous mènera généralement pas à la victoire, puisqu’il faudra toujours chercher à conserver le plus longtemps possible vos zones, tout en progressant deux par deux (ce mode autorise du 4 VS 4 joueurs humains) pour ne pas vous faire tuer à chaque coin de map.

En parlant des maps, sachez par ailleurs que leur nombre est plutôt petit (7), mais que leur level design est irréprochable. La qualité domine la quantité pour des parties qui ne sont jamais bridées par des objectifs mal placés. Les cartes multi disposent d’ailleurs de quelques pièges où vous pourrez embrocher les ennemis à l’aide de levier, ou encore les pousser dans le vide à de nombreux endroits différents. L’accession aux points stratégiques peut se faire par plusieurs chemins différents, ce qui encourage d’ailleurs le Teamplay pour encercler ou dûper les ennemis. Couplez tout cela avec les trois factions qui offrent un total de 12 classes, et vous obtiendrez un contenu très intéressant pour For Honor, qui se verra compléter au fur et à mesure par des mises à jour gratuites et payantes à la Rainbow Six Siege. Enfin, features déjà dévoilée dans la dernière bêta ouverte, vous pourrez choisir votre faction de base pour envoyer des troupes sur la carte du monde en tentant d’imposer vos valeurs via La Guerre des Factions.

For Honor, la nouvelle IP qui fait du bien !

Entrée fortement réussie par la grande porte pour For Honor, avec un Ubisoft qui créé une bien belle nouvelle licence à très grand potentiel sur le long terme ! En reprenant des modes classiques transformés par un gameplay très original, addictif et technique, les développeurs livrent une belle copie qui passionnera énormément les joueurs cherchant un jeu multijoueur proposant autre chose que des affrontements en vue à la première personne vus et revus. Nous aurions certes aimé avoir une campagne un peu plus longue, un peu plus de maps en multi et quelques ajouts supplémentaires, mais en l’état, For Honor propose vraiment de quoi faire pour amuser un long moment les joueurs qui le choisiront. Du fun, du sang, de la technique, du teamplay, et une claque graphique en bonus, c’est ça, For Honor !

Verdict : 16 / 20

  • Sadako

    Journaliste gaming et high-tech depuis 2009, je suis "Vanlifer" depuis 2021, dans mon camping-car équipé pour travailler sur les routes tout comme pour profiter de bons moments de détente !

    Vous aimerez aussi

    Test DLC Elden Ring | A la hauteur du GOTY de 2022 ?

    On a testé pour vous l’extension Shadow of the Erdtree, le DLC Elden Ring qui vient de sortir sur PC et consoles !

    Test de System Shock Remake | Une légende révolutionnaire du FPS revient en 2024 !

    Le légendaire System Shock revient dans un remake, l’occasion de vous faire un test complet de cette pépite !

    A lire également

    Concord | Premier avis suite à la bêta fermée

    • By Sadako
    • juillet 13, 2024
    • 546 views
    Concord | Premier avis suite à la bêta fermée

    Une disparition progressive des consoles Xbox en Europe ?

    • By Sadako
    • juillet 12, 2024
    • 567 views
    Une disparition progressive des consoles Xbox en Europe ?

    Augmentation du Xbox Game Pass et abonnement sans Day One

    • By Sadako
    • juillet 10, 2024
    • 896 views
    Augmentation du Xbox Game Pass et abonnement sans Day One

    Deliver Us Home | Un coup de pouce pour son développement !

    • By Sadako
    • juillet 8, 2024
    • 883 views
    Deliver Us Home | Un coup de pouce pour son développement !

    Exoprimal | Le jeu de dinosaures de Capcom déjà abandonné

    • By Sadako
    • juillet 8, 2024
    • 879 views
    Exoprimal | Le jeu de dinosaures de Capcom déjà abandonné

    Dead Rising Deluxe Remaster | Sortie et nouveautés en détails

    • By Sadako
    • juillet 6, 2024
    • 1088 views
    Dead Rising Deluxe Remaster | Sortie et nouveautés en détails