Test de Sniper Ghost Warrior 3

Avatar de Chris
, par Christopher Anciaux (Chris)

Sur le marché des jeux de snipers, on connaît deux grandes licences, qui n'entrent pas forcément en concurrence : Sniper Elite et Sniper Ghost Warrior. Si la première se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale, où technologie n'est que doux rêve, la seconde prend place dans des temps plus ou moins futuristes, et la technologie se montre comme un point central des opus de la série. Alors que Sniper Ghost Warrior 2 nous avait laissé un sentiment quelque peu mitigé, le troisième épisode parviendra-t-il à redresser la barre ? Rien n'est moins sûr. On en parle dans notre test, suite à nos sessions sur une version PS4 offerte gracieusement par Koch Media.

Dans Sniper Ghost Warrior 3, vous incarnez un certain Jon North, sniper des Marines chargé de mettre fin à la terreur qu'imposent les leaders séparatistes en Géorgie. Mais ce n'est pas le seul objectif de la mission puisque Jon y voit surtout le moyen de retrouver son frère disparu deux ans plus tôt en Afghanistan, lors d'une mission ayant mal tourné. On évolue alors avec comme objectif de remettre de l'ordre en Géorgie, mais surtout avec celui de retrouver le frère de Jon, véritable obsession pour ce dernier.

Un scénario qui démarre en trombe...

A première vue, et lors des premières minutes de jeu, le scénario semble posséder un certain intérêt qui n'existait pas dans les précédents épisodes. La cinématique d'introduction est intéressante, les premiers faits également, et tout cela donne envie d'en apprendre plus sur l'intrigue globale et de connaître son évolution. Seulement, après environ 45 minutes de jeu, alors qu'il pâtit déjà de quelques problèmes de crédibilité des doubleurs français comme d'une mise en scène douteuse, le scénario est complètement mis de côté pendant quelque temps et on perd tout intérêt pour celui-ci, aussi vite qu'on en gagne.

...Mais qui retombe comme un soufflé

De fait, on enchaîne bêtement les missions données à la planque sans vraiment y prêter attention. Il refait surface de temps à autre par quelques cinématiques ou échanges radio, mais le doublage douteux du jeu ne donne pas vraiment envie d'en entendre davantage, et la mise en scène des cinématiques complètement décalée non plus. C'est bien dommage, car pour une fois, même s'il est classique, le scénario d'un jeu de sniper semblait pouvoir nous captiver.

Mais cette absence d'intérêt pour le scénario est un peu l'image du sentiment global qui ressort du jeu, ou en tout cas de nombre de ses éléments. La direction artistique, comme nous vous en parlions via la mise en scène, est elle aussi un problème. Que ce soit pour la mise en scène, pour l'immersion dans le jeu ou les environnements, on ne parvient pas à entrer pleinement dans le jeu.

Sniper Ghost Warrior 3, un jeu apocalyptique ?

Si certains environnements nous ont surpris par leur beauté ou leur personnalité, d'autres, et la plupart d'ailleurs, nous ont semblé vraiment plats et sans profondeur. La carte globale du jeu manque de vie : animale, végétale ou humaine. On a, en certains lieux, l'impression de se retrouver à un endroit frappé par une bombe : des arbres aux couleurs ternes, aucun animal, ni le moindre humain... Dans bien des lieux de Sniper Ghost Warrior 3, la vie semble s'être arrêtée. Sniper Ghost Warrior 3 n'est pourtant pas un jeu apocalyptique ?

A cela, ajoutez une réalisation technique de très moyenne qualité sur PS4 et des bugs à foison et vous obtenez un bon aperçu du jeu. Les textures sont parfois peu détaillées, les effets de lumière ou de particules souvent absents, et on ne compte plus les bugs durant notre session de jeu : des trous qui vous font disparaître sous la carte, des scripts qui ne se déclenchent pas tout le temps, des bugs dans le gameplay également : impossible de nager à la surface de l'eau en certains lieux, ce qui vous force à mourir au fond de l'eau par manque d'apnée. Sans compter les chargements beaucoup trop longs, lors de l'ouverture du jeu (comptez environ cinq minutes sur PS4) ou quand vous changez de zone dans la carte. On pourrait aussi ajouter que le framerate est clairement instable sur PS4, de quoi donner à la réalisation technique un côté encore plus irritant.

Un gameplay qui relève le niveau

Donc, n'y a-t-il aucun plaisir à jouer à Sniper Ghost Warrior 3 ? Heureusement, si. Le plaisir qu'on peut trouver au jeu se démontre clairement dans le gameplay. Même s'il n'est pas révolutionnaire, on ne peut rien enlever à son efficacité tout au long du jeu. Le système de visée est précis, la physique des balles l'est tout autant et les petits gadgets offerts par le jeu apportent un côté technologique à cette lutte qu'on ne peut refuser, d'autant plus que certaines missions demanderont d'être abordées intelligemment.

L'arsenal, sans être très conséquent, se trouve être intéressant et vous prendrez sûrement du plaisir à manipuler certains snipers ou fusils d'assaut du jeu, tandis que votre pistolet silencieux vous sera utile dans bien des phases d'infiltration, ou lorsque vous manquez de balles. Car les balles dans ce Sniper Ghost Warrior, si vous ne faites pas attention à leur gestion, peuvent clairement manquer. Heureusement, les cadavres de vos ennemis sont souvent généreux.

En plus de cela, le gameplay est aidé par un level design plutôt efficace lui aussi même s'il souffre de quelques problèmes. Si l'architecture du jeu est intéressante par les missions principales et secondaires, comme celle interne aux missions qui peuvent être abordées soit de façon bourrine (on vous le déconseille) ou discrètement, on doit reprocher au développeur la mauvaise idée d'avoir fait de Sniper Ghost Warrior un jeu en monde libre. Si l'idée de base est louable, le résultat est assez approximatif.

Eh ! Oh ! Il y a quelqu'un ?

En plus de manquer de charisme comme nous le disions quelques paragraphes plus haut, le monde manque d'animations : entendons par là des évènements aléatoires ou des ennemis inattendus pendant vos ballades entre deux missions. En toute honnêteté, on ne rencontre des ennemis imprévus qu'une fois ou deux toutes les... cinq heures de jeu. Du coup, c'est tout le principe même du jeu en monde ouvert qui est à revoir dans ce Sniper Ghost Warrior 3. Peut-être aurait-il fallu garder le principe d'un jeu plus linéaire, qui aurait sûrement davantage accrocher le joueur ?

Quoiqu'il en soit, et si vous trouvez du plaisir à jouer à Sniper Ghost Warrior 3, vous en aurez pour votre porte-monnaie. Comptez en effet une dizaine voire quinzaine d'heures pour voir le bout de la campagne et bien davantage pour explorer complètement le jeu, participer aux missions secondaires ou remplir tous les objectifs et mettre fin à la vie des criminels qui sévissent en Géorgie. Plutôt honnête, donc !

Souvent plat et même parfois un peu irritant à cause de sa réalisation technique approximative et de ses bugs trop nombreux, Sniper Ghost Warrior 3 nous a quelque peu déçu. Si nous sommes plutôt satisfaits par le gameplay et le level design qui tirent leur épingle du jeu, les autres points souffrent vraiment d'un grand manque de travail, de peaufinage ou de bonnes idées. Entre un scénario qui démarre bien mais qui retombe comme un soufflé et une direction artistique qui ne transmet que très peu de sentiments au joueur, on a du mal à entrer dans la Géorgie de Sniper Ghost Warrior 3 et on ressort quelque peu déçu de l'aventure offerte par City Interactive. Heureusement, le gameplay précis et le level design acceptable rattrapent la copie, mais pas de quoi offrir un moment inoubliable. La prochaine fois, il faudra viser plus juste, City Interactive !

Réalisation technique

9 / 20

Direction artistique

12 / 20

Level design

14 / 20

Gameplay

15 / 20

Scénario

10 / 20

Bande sonore

10 / 20

Durée de vie

16 / 20
  • Un gameplay précis grâce à un arsenal intéressant et des gadgets efficaces
  • Une physique de balle toujours aussi soignée et réaliste
  • Quelques missions intéressantes par leur approche
  • Beaucoup de bugs irritables...
  • ...A l'image de la réalisation technique globale, de piètre qualité
  • Une grande carte pleine de vide
  • Le doublage français, absolument pas crédible, et stéréotypé
  • Le scénario qui perd tout son intérêt après 45 minutes

Verdict

12 / 20