Test de Sekiro: Shadows Die Twice

Avatar de Percy
, par Maxime Brunaux (Percy)

Fans de la saga Dark Souls, de Bloodborne ou encore de difficultés extrêmes, vous avez peut-être été tentés par Sekiro: Shadows Die Twice qui abandonne le côté médiéval pour ici s’aventurer du côté du soleil levant. Ce grand changement d’environnement est-il réellement bénéfique et fonctionnera-t-il correctement ? Vous le découvrirez tout au long de ce test réalisé via une clé PS4 fournie par Activision, et également joué sur PC via une clé Steam achetée par nos soins.

Un Japon sous l'ère Sengoku

FromSoftware, est l’un des développeurs pilier qui crée des jeux que l’on peut caractériser de très complexes, de par la difficulté technique qui amènera doucement ses joueurs dans la tourmente, ainsi que l’aptitude à demander aux joueurs d’augmenter leurs réflexes jusqu’à leur paroxysme, et ce, dans l’ensemble des différents jeux qu’ils ont déjà proposés jusqu’à aujourd’hui.

Sekiro: Shadows Die Twice se déroule durant l’ère Sengoku au pays du soleil levant qui, à contrario des Dark Souls ainsi que de Bloodborn, où nous avions la possibilité de créer un personnage à notre image, nous impose son héros. Nous contrôlerons donc un shinobi du nom de Loup ayant perdu la mémoire, qui partira à la recherche de son maître afin de le secourir ! Si le scénario fait un peu kitch, et qu'il semble ne pas prendre une trop grande place dans le jeu, il n’en est rien !

FromSoftware arrive à la fois à nous attendrir, tout en nous racontant son aventure via différentes cinématiques et dialogues magnifiquement placés et non barbants. Cela permet au joueur de suivre l’histoire du jeu, mais en même temps de la laisser de côté, pouvant ainsi se focaliser complètement sur le gameplay qui, comparé aux précédents jeux des développeurs, est un poil plus complexe !

Une verticalité sans appel

La grande nouveauté de ce jeu est la verticalité ainsi que l’infiltration. Au cours de l’aventure, notre protagoniste perdra un bras et sera contraint de le voir remplacé par une prothèse du shinobi, qui, via différents outils, permettra de changer le gameplay du tout au tout. Durant votre aventure vous trouverez différents outils, qui auront chacun leurs particularités, par exemple les "Pétards de Robert" qui vous permettront d’étourdir les ennemis et qui sont d’autant plus efficaces sur les animaux, ou encore une hache permettant d’assener une attaque lourde.

Les outils pourront d’ailleurs être améliorés tout au long de l’aventure. Nous parlions de verticalité un peu plus haut puisque la prothèse ne propose pas que des outils, mais également un grappin. C’est l’un des gros points forts du jeu. Ce grappin vous permettra de vous accrocher n’importe où, là où l’icône spécifique apparaît. Vous pourrez alors vous réfugier sur des toits, sur des arbres ou encore si possibilité il y a, de lancer votre grappin sur l’ennemi afin de vous rapprocher de lui rapidement pour lui infliger quelques dégâts. La prothèse du shinobi vous ajoute une multitude de possibilités de gameplay qui ne seront pas à négliger puisque chaque ennemi aura ses propres caractéristiques et mode d’affrontement plus efficace que d’autres.

Assassin's Creed dans Sekiro ?

Sekiro est encore une fois intelligemment réalisé à ce niveau-là, puisque vous aurez deux possibilités pour trouver le point faible d’un ennemi. La première ? Aller le combattre et tenter de le tuer d’une multitude de façons et risquer sa vie à plusieurs reprises. La seconde ? Il s'agit de l’une des nouveautés que propose le développeur japonais, l’infiltration.

Vous pourrez désormais tenter une méthode un peu plus basée sur la discrétion. Tout au long du jeu, vous croiserez des samouraïs ennemis parlant entre eux et certaines conversations vous proposeront d’être écoutées plus amplement, afin d’en apprendre plus sur votre environnement, par exemple un point faible d’un boss que vous croiserez bien plus tard ou encore un chemin à prendre afin de trouver un objet important. Ouvrez les oreilles !

Écouter les conversations des PNJ n’est pas la seule chose que vous pourrez faire lors de vos phases d’infiltration, puisque l’assassinat en fera également partie. C’est là que nous avons d'ailleurs un petit problème avec ce système de meurtre : afin de tuer une personne en toute discrétion il vous faudra attendre que l’icône d’assassinat s’affiche derrière une personne ou au-dessus quand vous êtes caché en hauteur. Le problème est que, parfois, vous aurez beau être derrière lui, celle-ci ne s’affichera pas ou s’enlèvera au dernier moment. Ce qui, du coup, vous empêchera de l’éliminer d’un coup fatal et vous obligera à le combattre en face à face.

De même, certaines phases de plateformes sont parfois très hasardeuses. Mais nous avons un peu de mal à en vouloir à FromSoftware qui a décidé de sortir de sa zone de confort en abandonnant le côté très terre à terre de leurs précédents jeux, pour ici s’ouvrir au monde de la verticalité en permettant de voir des giclées de sang gigantesques à chaque meurtre, rappelant les anciens films de samouraï !

En assassinant vos ennemis, vous récupérez différents avantages qui vous seront bénéfiques pour la suite de votre aventure. L’expérience ainsi que l’argent vous seront très importants puisque Sekiro implante un système RPG assez bien réalisé, qui vous permettra grâce à l’expérience accumulée d’acheter de nouvelles techniques de combat ou en encore des capacités spéciales spécifiques aux ninjas comme la discrétion. 

L’argent, quant à lui, vous permettra d’acheter différents objets (qui auront d’ailleurs chacuns une petite description permettant de connaître leur origine ainsi que leur utilisation) utilisables durant l’aventure qui seront vraiment nécessaires contre différents ennemis. Ce système est vraiment intéressant puisque cela permet d’avoir une réelle progression du personnage sans tomber dans l’abus de techniques inutiles.

Sekiro, bien plus dur que les Souls ?

On aurait pu croire au début que Sekiro: Shadows Die Twice était plus simple que Dark Souls (par exemple) puisque le jeu propose un mannequin d’entraînement du nom de Hanbei l’immortel qui vous permettra de vous entraîner à réaliser n’importe quelle technique comme les esquives, mais il n’en est rien ! Dans ce monde, vous possédez en plus d’une barre de vie tout à fait classique une barre de posture. Vos ennemis également.

Ce système de posture est simple. Plus vous prenez de coups ou en encaissez, plus elle monte. Quand elle est pleine, vous perdez l’équilibre et devenez vulnérable aux yeux de l’adversaire. La barre de posture est d’autant plus importante que celle de la vie, puisqu’une fois celle-ci pleine vous pourrez affliger de lourds dégâts aux ennemis. Ceci vous fera alors oublier l’existence de la vie de l’adversaire pour vous focaliser sur sa posture. 

Bien que vous pouvez oublier la vie de l’adversaire, vous ne devez pas faire de même avec la vôtre. Votre barre de vie ainsi que votre barre de posture est d’autant plus importante qu'il faudra donc vous entraîner aux différentes techniques de shinobi via Hanbei avant d’aller affronter les différentes menaces parsemant le monde de Sekiro. Ce qui est réellement intéressant c’est que par moment, certains ennemis ne sauront que faire de leur barre de posture. Il faudra donc se focaliser non plus sur sa posture, mais sur sa vie. Sekiro arrive donc à renouveler ses combats et ne pas être redondant à chaque nouvel affrontement.

Un monde bien vivant

Suite à différents évènements, il se trouve que notre héros dispose d’une capacité de résurrection dont nous tairons les origines afin de ne pas spoiler le jeu. Cette résurrection vous est disponible dès le début de l'aventure et vous permettra de revenir combattre là où vous avez échoué. À force de mourir et d’utiliser la résurrection en plus d’avoir une perte de points d’expérience et d’argent, une maladie infectieuse et mortelle arrivera dans le monde des shinobis (la peste du dragon) et affectera n’importe quel personnage non jouable avec qui vous aviez pu interagir durant votre aventure.

Si vous n’arrivez pas à les soigner, il se trouve que ces personnages peuvent mourir et vous ne pourrez donc plus parler avec eux et bénéficier de leurs avantages. Même constat si vous les tuez vous-même, intentionnellement ou non. Le gameplay de Sekiro est donc réellement punitif, et si vous êtes un samouraï aguerri vous aurez également possibilité d’augmenter encore d’un cran la difficulté déjà très complexe pour des avantages comme de l’or et de l’expérience supplémentaire.

Sekiro: Shadows Die Twice vous proposera donc une aventure très complexe dans un monde aux environnements tout aussi magnifiques les uns des autres qui s’implantent vraiment bien à l’univers et l’ambiance qu’il souhaite nous proposer. Le monde est d’ailleurs tellement grand que si vous n’arrivez pas à passer un des multiples mini boss, vous pourrez toujours retrousser chemin afin de découvrir de nouvelles zones et de nouveaux objets à récupérer. Bien que par moment il puisse y avoir quelques problèmes au niveau des textures quand nous allons un peu trop vite dans nos déplacements ainsi que quelques problèmes avec la caméra, cela ne dérangera aucunement les joueurs qui pourront profiter d’un jeu au gameplay autant complexe qu’exaltant !

Réalisation technique

18 / 20

Direction artistique

17 / 20

Level design

16 / 20

Gameplay

18 / 20

Scénario

16 / 20

Bande sonore

17 / 20

Durée de vie

18 / 20
  • Un système de combat très nerveux
  • Bonne optimisation du jeu sur PC
  • Large variété d'ennemis
  • Le grappin offrant la verticalité du jeu
  • Le système de tutoriel revu par rapport aux anciens FromSoftware
  • Une progression se faisant par le joueur et non par les statistiques du personnage
  • Beaucoup de mini boss et de boss différents
  • Une caméra parfois très hasardeuse
  • Un système d'infiltration pas toujours au point
  • La peste du dragon faussement importante
  • Une difficulté qui peut bloquer certains joueurs
  • Maniabilité complexe au clavier-souris sur PC

Verdict

17 / 20