Test de Deep Black: Reloaded

Avatar de Riku
, par

Réalisation technique

14 / 20

Qui dit petit studio dit bien souvent réalisation modeste, et Deep Black: Reloaded sur PC ne déroge pas à la règle. Même si le jeu affiche des textures dans la norme et que ses jeux de lumière sont parfois bluffants, quelques soucis techniques entachent le tout. On voit alors souvent des bugs de collision directement liés à une physique assez douteuse. La qualité technique du soft sous l’eau est vraiment bonne, mais la texture des étendues aquatiques vues de l’extérieur fait très huileuse.

Direction artistique

12 / 20

Bien que se déroulant dans un futur plus ou moins proche, dans lequel la terre se retrouve engloutie sous les eaux, la direction artistique reste assez banale et sans ambition. L’alternance entre les phases terrestres et aquatiques apporte néanmoins un plus, surtout que les passages sont l’eau sont assez beaux. Le problème vient du fait que 90% du jeu se passe sur la terre ferme et que les phases sous-marines restent au final très gadget. Le character design n'est vraiment pas top, quant à la mise en scène, elle reste inexistante et n’est vraiment pas aidée par des cut-scenes et dialogues soporifiques.

Level design

10 / 20

Le jeu est un couloir géant qui s’étire assez rarement en arène. Le level design souffre d’une répétitivité soporifique, ce qui amène un ennui non négligeable. L’IA, quant à elle, reste très agressive et fait très mal peu importe le mode de difficulté choisi, même si quelques carences d’intelligence se font ressentir, quand, par exemple, bien qu’à cent mètres du héros et armés d’un fusil d’assaut, l’ennemi vous fonce dessus comme un dératé pour s’essayer au corps à corps… ce qui amène des situations souvent brouillonnes.

Gameplay

11 / 20

Le personnage joué est très lourd et bouge avec un balai coincé dans l'arrière-train. Le problème majeure est que le jeu s’avère assez exigeant, et que souvent, le manque de souplesse du héros amène le joueur tout droit vers une mort certaine. De plus, notre soldat est vraiment fragile, et même en mode facile, vous rencontrerez des difficultés à passer certains passages délicats. L’armement reste assez classique, même si quelques surprises sont au menu, comme le harpon-grappin sous l’eau, et un système de couverture présent, même si assez mauvais. Finalement, le tout reste trop classique, malgré des phases sous l’eau qui apportent un gameplay différent et une souplesse au jeu qui fait un bien fou.

Scénario

5 / 20

Bête et méchant, le scénario est indigeste et n’intéresse à aucun moment. Le super soldat qui doit tuer les méchants terroristes qui veulent s’accaparer une arme destructrice, c’est tout sauf original. Le tout étant porté par une narration ratée et un fil conducteur linéaire, aucune place n'est laissée à la surprise tant le scénario s’avère aussi fade que convenu.

Bande sonore

12 / 20

Le jeu est en VO sous-titrée FR, et plutôt bien joué, même si les dialogues en jeu ne soit pas toujours dans les temps vis-à-vis de ce qui se passe à l’écran. On appréciera que les dialogues ne soient pas censurés, et que quelques petites insultes fusent ici et là. De plus, les ennemis se parlent entre eux et demandent du renfort ou font un état des pertes dans leur rang. On regrettera juste qu’en mourant, ils crient comme des truies qu’on égorge, et que souvent, ils hurlent post-mortem. Les bruitages quant à eux sont d’assez bonne facture, même si sous l’eau le tout est parfois assez peu crédible.

Durée de vie

14 / 20

Comptez entre 8 et 10 heures en fonction du mode de difficulté choisi pour terminer Deep Black: Reloaded. C’est une réelle bonne surprise, même si cette durée de vie reste assez artificielle du fait de la difficulté accrue du soft. A noter qu’à chaque chapitre complété, on débloque des bonus de type munitions infinies pour telle ou telle arme. Le mode multijoueurs, reste assez anecdotique, ne proposant qu’une seule map et deux modes de jeu.

Verdict

11 / 20

Au final, Deep Black: Reloaded, s’avère être un TPS assez classique. Finalement, la seule originalité du soft se situe dans l’implantation de phases sous-marines mais qui s’avèrent au final assez gadget. Les idées sont là, mais la lourdeur du tout aura sans doute de quoi faire pester les amoureux du genre. En raison de son petit prix, Deep Black: Reloaded s'adressera donc aux joueurs les moins exigeants, en manque de sensations, et en recherche de challenge.